Conciliation

Conciliation vie privée/professionnelle et santé en Suisse romande

En Suisse romande, comme en Suisse alémanique, l’importance de la question de la gestion des temps pour la santé personnelle est largement reconnue au niveau des discours. Des études ont montré notamment que jongler entre vie privée (en particulier pour les parents) et professionnelle est un facteur de stress très important (cf factsheet). Cependant cette « évidence » ne débouche que très rarement sur des mesures concrètes dans les entreprises, qui puissent faciliter la conciliation et favoriser le bien-être des travailleuses et des travailleurs, ceci alors même que les coûts qui découlent de cette surcharge ou du stress sont conséquents.

Différents modes de gestion du temps de travail existent, qui permettent aux employé-e-s de s’organiser plus ou moins librement par rapport à leurs autres engagements (privés, bénévolat, prises en charges de personnes). Certaines entreprises, que ce soient des PME, des administrations publiques ou des multinationales, ont un programme d’aménagement du temps de travail avec des horaires flexibles principalement à la convenance des employé-e-s (dans le cadre d’horaires quotidiens souples, de quota d’heures hebdomadaires ou d’annualisation du temps de travail par exemple). Mais cette option reste encore marginale, et s’accompagne rarement d’autres mesures visant à favoriser la gestion du temps. Par ailleurs, la réponse principale à la question de conciliation des temps – en particulier à la prise en charge des jeunes enfants - demeure l’encouragement du temps partiel pour les emplois féminins en Suisse. Il faut souligner d’une part que ce temps partiel féminin n’est pas toujours choisi mais parfois imposé et d’autre part qu’il reste par contre difficilement accessible aux hommes ou professions non féminines.

Nous souhaitions pouvoir proposer des exemples concrets d’entreprises qui prennent en compte ces questions de conciliation des temps, soit par des outils spécifiques internes, soit par des formations continues, soit par du coaching personnalisé. Or en Suisse romande, force a été de constater que très peu de mesures semblent mises en œuvre. Par ailleurs, la vision de la conciliation s’adresse au mieux aux mères de familles, et ne cherche pas à sensibiliser ou répondre aux besoins des pères de famille, ou de femmes et d’hommes sans enfants mais ayant d’autres contraintes. En Suisse allemande (et encore plus dans d’autres régions, comme les pays scandinaves et anglo-saxons), même si la situation n’est pas fondamentalement différente, la question du work-life balance est déjà implantée dans certaines entreprises depuis plus d’une décennie. Il existe des séminaires, des formations pour les femmes ou pour les hommes, ou tenant compte du genre, ainsi que certains outils concrets pour mettre en évidence d’autres types d’organisation possible ou différents soutiens. Vous trouverez quelques exemples suisse de prise en compte du genre dans la gestion des temps (pour les femmes, hommes et en tenant compte du genre) sur ce site.