Évaluer le risque et les compétences pour fixer des priorités.

Il faut construire des partenariats lorsque l’événement : est porté par plusieurs partenaires / s’étend sur plusieurs jours (rassemblement) / réunit une multitude de points et de types de vente (braderie) / attire un public nombreux (fête de la musique) / nécessite une dérogation ou une adaptation des conditions cadre, qu’elle soit facultative, recommandée ou obligatoire.

Si le traitement des demandes est souvent subjectif, on relève divers éléments d’appréciation :

Connaissance de la manifestation et son organisation, l’histoire de la manifestation, le nombre d’éditions et les antécédents.

  • La qualité des contacts avec l’organisateur, son sérieux, sa crédibilité, son engagement et sa collaboration pour que tout fonctionne bien : une organisation « adulte ».
  • La collaboration avec la prévention et le travail social offrent un encadrement rassurant.
  • Le but de la manifestation, le type d’activité, le public et la fonction de la vente d’alcool (un service ou une fin en soi dépourvue d’éthique ?) sont cohérents avec la politique locale.

Le type de vente d’alcool (horaires, bars, promotions ?) et la carte des boissons (prix, quantités, spiritueux, promotion des boissons sans alcool, eau gratuite ?).

L’envergure de la manifestation, sa complexité (nombre de stands ou de partenaires réunis).

Le type de manifestation et le public attendu :

  • L’heure à laquelle la manifestation se termine (dérogations)
  • Le lieu (plein air, cantine, salle, situation et aménagements)
  • La fréquentation (gérer les effets de groupe)
  • Le genre de public attendu, l’ambiance prévisible
  • La présence de mineurs suscitée par la manifestation

Chapitre 3 « Autorités : Synthèse commentée »