Quelles réalités derrière la diversité des autorisations ?

Lorsqu’une manifestation demande à être autorisée auprès d’une instance locale (exécutif ou service), selon son projet, elle sollicite aussi le droit de vendre de l’alcool, ceci parfois auprès d’une autre autorité régionale ou cantonale. Cette double démarche permet un double regard, mais demande aussi une coordination. Souvent, le contexte, le déroulement et les besoins liés à la manifestation ne sont examinés que par l’autorité locale qui entend, oriente, conseille l’organisation, contrôle le bon déroulement de l’événement (ou en récolte les échos), puis propose de faire un bilan.

Lorsque la volonté politique est claire, les règlements réalistes, les retours après l’événement possibles et suivis de conséquences, les représentants des autorités sont plus crédibles, même face à un interlocuteur influent, peu collaborant ou faisant partie de ses amis.

Les centres de prévention, s’ils sont impliqués par les autorités ou l’organisateur dans l’organisation, le suivi et l’évaluation, offrent un regard extérieur, une réflexion et des outils. Ces derniers deviendront d’autant plus performants que la collaboration s’établit sur le long terme. Ce travail complète ou accompagne le développement et l’amélioration d’une organisation. La prévention, la sécurité, le développement durable et le confort du client ou la qualité de l’ambiance sont au cœur de la réussite et de la rentabilité dans l’univers festif.

  • Adapter les exigences aux réalités en restant ambitieux : fixer des objectifs et faire ou demander un bilan.
  • Valoriser les expériences et résultats allant dans le bon sens, remédier, poser des exigences, voire sanctionner pour tout autre résultat.

Les atouts des autorités : Connaître l’histoire, pouvoir donner des lignes, orienter, réguler & coordonner, proposer une discussion, un partenariat, être compétent pour sanctionner.

Chapitre 1 « Autorités : Synthèse commentée »