Formuler les actions/mesures dans le projet

Lorsqu’un problème est identifié, dans un premier élan, souvent toutes les énergies sont investies dans une première action significative qui apparaît comme une solution. Pourtant, nous savons qu’il s’agirait de de déterminer les actions au terme de la réflexion. Le processus de formulation du projet permet de définir des actions très diverses, impliquant chaque fois les bons acteurs pour obtenir des changements, tant au niveau des comportements que du contexte où la question se pose. C’est la finalité de l’IP. Cependant, action et processus se renforcent mutuellement.

Selon la synthèse d’un nos partages d’expérience, il s’agit d’une complémentarité à exploiter.

Des actions mobilisatrices régulières permettent de maintenir la motivation et la flamme. En retour, elles ont plus d’impact si elles s’inscrivent dans un projet commun. Enfin, le dialogue entre la formulation et l’action permet d’inscrire le projet et les partenariats dans la durée.

Le projet formulé (esquisse, concept) est un outil de communication utile pour aborder les partenaires. Mais il s’avère aussi essentiel pour faire le bilan de l’action (auto-évaluation & pilotage). Régulièrement, nous devrions confronter nos pratiques, nos interventions à la vision commune et aux changements attendus. Ainsi, le projet évolue et reste une base de dialogue car il décrit le lien entre l’action et son influence dans un lieu de vie. Tout ce qui est formulé peut devenir un objet de travail. Dès le lancement, des outils comme un carnet de route, des fiches d’activités peuvent initier ce mouvement et réunir des éléments exploitables. Une pratique documentée permet d’apprendre de ses expériences et favorise la construction de stratégies concertées qui autorisent chacun à revisiter sa mission, ses objectifs et ses outils d’intervention pour les adapter à la réalité locale.

À Vernier, le projet « La Parenthèse » offre à des animateur-trice-s de Maisons de Quartier d’intervenir en collaboration avec le travail social hors mur sur les espaces publics et extérieurs proches des activités. Cette formulation a été importante pour communiquer avec les partenaires. Elle a clarifié un projet qui avait de la peine à se stabiliser, à trouver une forme plus définitive et diffusable pour être mise à disposition des divers espaces publics.

L’écriture proprement dite du projet commun est un travail un peu plus technique qui demande du temps, celui de la réflexion. C’est souvent le facilitateur du processus qui s’en acquittera, pour revenir auprès des partenaires avec des questions à clarifier. La pertinence est un immense gain de temps et d’énergie. D’où l’intérêt d’être accompagné dans la démarche.

Nous proposons ici un canevas qui permet de décrire comment le contexte, les acteurs et les conclusions issues de l’état des lieux justifient le projet. Puis la planification nécessite une vision, qui se décline en axes ou stratégies d’intervention. Ensuite aux groupes de travail de fixer les objectifs, les changements attendus, puis les mesures à prendre. Ainsi, le projet et sa mise en œuvre sur le terrain peuvent dialoguer sur des bases communes à tout projet :

  • Contexte, situation de départ : quel est le changement souhaitable ?
  • Mise en réseau des personnes concernées (autorités impliquées, identifier le setting avec ses publics et ses acteurs) : Quels sont les pouvoirs d’action utiles ?
  • État des lieux: besoins ressentis / besoins avérés (études, littérature)
  • Visions : Comment aller vers la situation désirable construite dans l’état des lieux ?
  • Stratégies : Quels axes de travail ou d’action pour aller dans le sens de la vision ?
  • Formulation des objectifs d’impact et de réalisation avec les indicateurs
  • Organisation et structure du projet /moyens
  • Pilotage du projet, séances de bilan, évaluation et documentation des savoirs acquis
  • Construction de structures, processus, compétences, connaissances, pratiques : Qu’est-ce qui doit être pérenne et qui en est responsable ?
  • Évaluation / nouvel état des lieux

Chaque thème ou setting peut avoir un modèle adapté comme nous en avons produit pour les interventions liées au thème « Jeunes, alcool et espaces publics », ou pour les projets d’intervention par les pairs sur l’espace public.